Jeux


De tous les dispositifs, le jeu est probablement celui qui permet de sensibiliser le plus facilement un public hétérogène et de faire passer un message. En effet, la plupart des gens ne veulent pas recevoir de leçons et beaucoup sont réfractaires aux questions militantes, voire allergiques à toute forme de discours.  

Le jeu, c’est tout le contraire du discours, de son sérieux et de son aspect souvent perçu comme moralisateur. 

"Employés du mois", un jeu développé par C. Kaladjian et C. Guénec
Encore ne faut-il pas qu’il soit un déguisement grossier. Car si le but du jeu est d’être efficace, il va falloir trouver, aussi bien dans sa conception que dans son animation, un juste équilibre entre le côté ludique et la part de message que nous voulons faire passer...


"Le jeu pommique", un jeu développé par G. Grezel et J. Guillet.
Par ailleurs, en plus de sa "légèreté", le jeu a pour avantage de concerner deux types de publics : ceux qui jouent et ceux qui regardent jouer.


 --------


Nous créons des jeux qui s'intègrent dans nos animations globales ou qui sont destinés à être utilisés par des réseaux associatifs. 

Jusqu’à aujourd’hui, nous avons surtout développé des jeux traitant des questions d'alimentation et de solidarité internationale : jeux de simulation ou jeux de dégustation qui engagent le corps et font appel à des principes ludiques tour à fait traditionnels : les défis  à l'issue desquels quelque chose est à gagner.