Zones de gratuité



Principe général : donner des objets à des inconnus dans la rue.

Intérêt : joie de vivre, bienveillance, simplicité.


Dès que cela nous parait propice, nous organisons des zones de gratuité, en particulier lorsque nous intervenons avec des Porteurs de paroles sur des questions de solidarité.

Avant toute démarche de redistribution et de solidarité, la zone de gratuité, est, à l'instar des jeux, un dispositif simple d'accès et concret qui n’implique aucun discours et peut être utilisé dans de nombreuses circonstances. Elle peut être faite de  « tout-venant » ou se spécialiser dans les livres, la technologie ou les vêtements. Mais elle n'a d'intérêt, aussi bien pour le public que pour l'organisateur, que si certaines règles sont respectées.  


Quelques règles simples :

1. Ne donner que des choses en bon état et qui peuvent plaire.

2. Pas d’argent en échange. L’idée est de favoriser le don circulaire « Je vous donne et vous redonnerez plus tard à quelqu’un d’autre » plus que la réciprocité « Je vous donne et vous me donnez autre chose (argent ou objet) ».
3. Une zone de gratuité doit être animée de façon à ce que les gens osent prendre (ou pas) et surtout pour qu’ils puissent se parler.

4. Le don est fait pour questionner, échanger, s’interroger : Qu’est-ce que je pourrais donner ? Pourquoi est-ce difficile de prendre sans pouvoir rendre ? Qui a besoin de quoi ? Pourquoi ce genre de démarche ? 

4. Une personne ne peut et ne doit pas prendre trop de choses. Il faut en laisser pour tout le monde. Cela fait partie des échanges et des négociations.


5. La zone de gratuité n’est pas « une zone » au sens péjoratif du terme mais un lieu qui doit donner envie aux passants de s’approcher, où les objets sont mis en valeur et présentés le mieux possible.